Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 06:42
330km autour du Mont-Blanc par Régis Krust

Régis nous raconte ses 329,6 km  effectués le samedi 15 juillet 2017. Bravo!

"Le TMB cela fait 8 ans que j'en rêvais ; depuis sa création. A l'époque j'avais dit à Steve "On le fait" et Steve n'a pas voulu, ni Guy Naegely (qui l'a finalement fait en 2013).

Depuis il y avait d'autres projets (construction, mariage) jusqu'à ce que je me remette sérieusement sur le vélo en 2014. Sans rentrer dans les détails il y avait chaque année une bonne excuse pour ne pas le faire (manque de budget, peur du défi, grosse saison de cyclo, bob divers, casse vélo, ...). Fin 2016 j'ai commencé à mettre en place tout ce qui allait me permettre d'aborder sereinement ce défi, consultation de spécialistes pour soigner mes bobos, le nouveau vélo et une position plus confortable c'était déjà fait début 2016. Puis j'ai commencé à faire de longues sorties à l’entraînement et cela m'a beaucoup plus. J'ai décidé de ne pas faire de saison de cyclo hormis l'Alsacienne et de me concentrer sur une autre pratique du vélo typé longue distance. Le BRM 300 du CCK aura été un échec positif car j'ai dû me remettre en question et ne pas chercher à faire "le coursier" sur de telles distances. Je partais quand même dans l'inconnu ce matin du TMB mais j'avais un mental indestructible et un entraînement approprié (sans être fatigué). Mon seul objectif c'était ce maillot de "Finisher". J'étais prêt à rentrer de nuit pas comme au BRM. J'ai donc gérer mon effort au cardio sans s'affoler, sans essayer de suivre d'autres gars ; tout à gauche par moments (34x28 impensable pour moi un braquet pareil il y a 10 ans). J'ai également profité de chaque ravito, ne surtout pas faire l'impasse sur un bon plat de pâtes, prendre le temps de souffler et de reprendre des forces. Je me suis fait plaisir dans les descentes, j'ai même réussi le 4e temps strava dans la descente du Gd St Bernard. Sur le parcours il n'y a que des superlatifs : magnifique, majestueux, dantesque mais il faut aimer la montagne ! Le seul point négatif c'est le tracé sur de grands axes routiers, et sur la première partie pas la peine de chercher le calme, entre les voitures suiveuses et le trafic normal c'est un peu usant voire dangereux dans les tunnels du Grand St Bernard. J'avais été prévenu et je m'étais préparé à cela, je l'ai bien vécu.

Je souhaite à tout le monde de pouvoir faire ce parcours grandiose, en solo ou en duo ou encore en voiture comme moi en 2014.

La météo de ce 15 juillet a été fantastique, 10° à 5H le matin aux Saisies, je suis parti bien habillé pour ne pas avoir froid dans la descente, avec une première heure à 39 km/h de moyenne et cette température il ne faisait pas chaud, d'autant plus qu'il n'y avait pas beaucoup de roulage ! Le ciel était bleu toute la journée, seul le Mont-Blanc se cachait derrière quelques nuages. Avec une vingtaine de degrés en moyenne (10-12° au sommet des grands cols et 30° dans le Val d'Aoste) c'était presque idéal ; un peu comme à l'Alsacienne. Mais comme tout ne peut pas être parfait il a fallu faire avec un fort vent de face à partir de l'Italie et jusqu'au pied de l'ascension finale ; le coupe-vent est indispensable. Ce paramètre météo est important car la haute montagne réserve bien souvent des surprises : les précédentes éditions se sont souvent déroulées sous la pluie, les orages obligeant même les organisateurs à prendre des mesures d'urgences !

Je garderais en mémoire les images fantastiques du départ d'un peloton de 600 coureurs avec toutes ces lumières, traçant la route d'un rouge brillant. Je ne redirais jamais assez à quel point la montagne est belle, si différente selon les altitudes, si paisible quand on est seul dans l'effort pour la traverser et que seules les marmottes osent en briser le silence.

Avec un peu de recul je suis content d'avoir attendu si longtemps pour prendre le départ de ce qui représente pour moi le St Graal cyclosportif. J'ai bizarrement jamais été aussi bien préparer alors que j'ai peu de jours de course, mais je crois que le plus important c'est pas ce que l'on a dans les jambes, c'est ce que l'on a dans la tête.

Je prépare maintenant un défi encore plus fou : le Trirhéna 1000, j'ai soif d'aventure et l'on verra ce que cela va donner ...

RK"

330km autour du Mont-Blanc par Régis Krust
330km autour du Mont-Blanc par Régis Krust
330km autour du Mont-Blanc par Régis Krust

Partager cet article

Repost 0
Published by VC SOULTZIA
commenter cet article

commentaires